Micro-trottoir du premier de l’an

(LE PARU) 2007 : LES RÉSOLUTIONS DU premier DE L’AN

Petite balade à la rencontre des habitants de Rixiourse. Comment s’est déroulé 2006 ? Quels sont vos désirs pour 2007 ? Micro-trottoir…

Claudine, 14 ans

« 2006 était une bonne année. J’ai eu mon bac… et des choix à faire. Mon amour de la philosophie m’a orientée vers khâgne plutôt que polytechnique. Je suivrai les cours du conservatoire en parallèle. Je joue du violon depuis l’âge de 4 ans, et l’an passé j’ai commencé la guitare. Mon vœu pour 2007, c’est que le monde aille mieux. J’y crois : c’est important d’être optimiste pour être philosophe. »

Hector Trompelamort, 92 ans, doyen de Rixiourse

« Je suis un ancien cheminot qui profite de sa retraite pour étudier la philosophie. Comme Claudine, j’ai eu des choix à faire : il m’a fallu trouver un sujet pour ma thèse. Ma résolution aujourd’hui ? Rester jeune dans ma tête. C’est important pour vieillir sereinement. »

Alexandre Petitcoq, maire de Rixiourse

« Bonne année à tous les Rixioursois. Cette année, je serai encore à votre écoute. Mon vœu pour 2007 ? Continuer à mener dans la confiance notre cité. A titre personnel, je compte rapidement trouver une destinée à notre ancienne piscine municipale. »

Sylvio Icclamento, député du Rixioursois, et Jacques Richtounet, maire de Basses-Roches

Sylvio Icclamento : « Je suis heureux d’être le premier à pouvoir transmettre mes vœux par voie de presse. Mon projet pour Rixiourse tient en un mot : écologie. Et en ce matin de nouvel an, je viens de rencontrer Jacques par hasard. Nous avons déjà commencé à travailler sur les espaces verts du canton. »

Jacques Richtounet : « D’abord, bonne année à tous. L’écologie n’est pas un vain mot pour moi. Espaces verts, recyclage, lutte contre l’urbanisation galopante et les projets immobiliers démesurés : voici des notions qui me parlent. »

(Le vrai) Une année qui promet

Petite balade à la rencontre des habitants de Rixiourse. Comment s’est déroulé 2006 ? Quels sont vos désirs pour 2007 ? Micro-trottoir…

Claudine, 14 ans et Hector Trompelamort, 92 ans, doyen de Rixiourse

Claudine : « Comme j’ai pas mon permis de conduire, je bouge dans ce bled avec Hector. 2006 était une bonne année. J’ai eu mon bac… et les choix à faire qui vont avec. Mes vieux voulaient que j’aille à Polytechnique, mais j’ai préféré faire khâgne, pour être philosophe comme Hector. Alors du coup, ça les énerve. D’ailleurs ma résolution pour 2007, c’est que lorsqu’ils râleront, je m’en balancerai. Je suivrai les cours du conservatoire en parallèle. Je joue du violon depuis l’âge de 4 ans, mais depuis six mois je me défonce plutôt sur ma guitare électrique. Maman dit que c’est la crise d’adolescence. Mon vœu pour 2007, c’est de comprendre enfin le monde des adultes. Hector dit que quand j’aurai compris ça, j’aurai fait le plus gros du boulot pour être une bonne philosophe. »

Hector Trompelamort : « Je suis cheminot, retraité depuis maintenant plus de 40 ans. J’ai commencé à étudier la philosophie dans une période, disons (sourire gêné)… Troublée… De ma soixantaine. Et je continuerai cette année à mon habitude. Le travail par correspondance est plus facile avec Internet. Comme la P’tite Claudine, j’ai eu des choix à faire : il m’a fallu trouver un sujet pour ma sixième thèse tout en passant la cinquième. Ma résolution aujourd’hui est la même que tous les premiers de l’an depuis que j’ai vu cet Américain marcher sur la Lune : rester jeune dans ma tête. C’est pour cela que je suis copain avec P’tite Claudine : on discute philo ensemble. Elle est très forte. Elle sirote son coca pour donner du carburant à ses artères, moi je bois mon whisky pour les conserver1. On va continuer cette année, j’espère. Mon souhait pour 2007 ? Ce serait de comprendre enfin le monde des adultes. Quand j’aurai compris cela, je pourrai partir en paix : j’aurais été un bon philosophe. Mais je crois que ce n’est pas demain la veille. »

Alexandre Petitcoq, maire de Rixiourse

« Que la nouvelle année est belle. Amener le Premier de l’an à Rixiourse est un signe fort. Mes décisions pour cette nouvelle année me seront dictées par mes concitoyens. Mon vœu pour 2007 ? Nous entamons la période électorale, les Rixioursois et Rixioursoises savent que mon désir est de continuer à mener dans la confiance notre petite cité vers le bel avenir auquel elle peut prétendre. Cela se jouera à la mairie certes, mais j’espère aussi depuis un siège de l’Assemblée nationale. A titre personnel, je compte rapidement trouver une destinée à notre ancienne piscine municipale. Je veux redonner une seconde jeunesse à cet espace où se sont amusées des générations de Rixioursoises et Rixioursois. »

Sylvio Icclamento, député du Rixioursois, et Jacques Richtounet, maire de Basses-Roches

Sylvio Icclamento (en off, à Jacques Richtounet) : « Boucle-là, c’est la presse, évitons d’être vus ensemble. Putain, je pensais qu’on serait tranquille derrière ce bosquet un premier janvier au matin. Ma réputation à moi est encore vierge. Je suis honnête, moi »

Jacques Richtounet (en off, à S.I) : « Un, c’est toi qui m’a convoqué. Deux, je suis honnête aussi : je n’ai jamais été condamné. La presse, c’est comme avec les juges : tu dis des banalités qui ne portent pas à conséquence, et surtout tu souris. On ne t’a pas appris ça à l’Assemblée nationale ? »

(Début de l’interview)

S.I : « Et bien, vous voyez, je fais comme vous ! Je m’enquiers des désirs de mes administrés. Je suis heureux d’être le premier à pouvoir transmettre mes vœux par voie de presse. Une bonne année à tous. Bien qu’étant député de droite, je resterai cette année encore centriste dans l’âme. Mon projet tient en un mot : écologie. Et en ce matin de nouvel an, je viens de rencontrer Jacques par hasard. Nous avons déjà commencé à travailler sur les espaces verts du canton. »

J.R : « D’abord, bonne année à tous. Avec Sylvio, nous avons décidé de concentrer nos efforts sur le golf qui s’implantera sur ma commune de Basses-Roches. Un golf totalement écologique, tel est mon vœu pour 2007. Ma résolution personnelle : je me désengagerai des obligations liées à mon métier de promoteur immobilier. Ainsi je serai disponible auprès de tous. »

(Ils s’éloignent)

J.R (en off, à S.I) : « Ben tu vois ce n’est pas dur. Souris mec, t’es d’origine corse, tu devrais comprendre cela. »

S.I (en off, à J.R) : « Ta gueule ! En Corse, quand on parle comme tu parles, on met une cagoule.

© Frédéric Bach

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.